• Remise de César (1ère partie)

    Voilà 6 jours que nous sommes, Willow et moi, de retour à la maison. Quelques jours pour tenter de prendre nos marques à trois. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.... celà fera l'objet désormais des futurs billets de ce blog ^^.

    Mais avant ça, je me dois de fixer par écrit le récit de ce qui a été notre aventure durant presque 15 heures, ces moments qui sont uniques car spécifiques de cette grossesse là, la mienne et de l'arrivée de cet être unique qu'est notre fils, petite personne à part entière qui a déjà son histoire propre depuis 9 mois.

    C'est l'histoire de son arrivée à la lumière,
    l'histoire du jour où j'ai reçu mon César
    Et oui mesdames et messieurs, puisque selon le terme médicale approprié, j'ai été ce qu'on appelle césarisée ^^

    ********************************

    Cesar1

    VENDREDI 08 AVRIL

         Matin

    Aujourd'hui c'est l'anniversaire du décès de ma mère. C'est un jour de commémoration, pas d'intense tristesse pour moi mais un peu de blues quand même. Je suis à J-7 de ma DPA et ma tante Maïthé m'appelle pour avoir des nouvelles en ce jour spécial. Comme elle, je me dis qu'accoucher aujourd'hui, ce serait trop.... bizarre. Un signe peut-être ; mais sans doute aussi l'association à tout jamais d'une perte forcément lourde de conséquences et le bonheur inoubliable de l'heureux évènement que nous attendons depuis ces longs mois. Non je ne préfèrerais pas.

    Je n'ai pas de symptômes particuliers ce matin, juste une grosse fatigue malgré une nuit plutôt bonne et une super grasse matinée. Des contractions un peu plus appuyées dans la nuit mais c'est le cas depuis une 15aine de jours maintenant.

    En fin de matinée, j'ai la visite de mon frère qui comme prévu vient emprunter ma voiture équipée d'une boule d'atelage pour partir en we avec sa moto sur une remorque. Avant de partir, il accompagne un bisou sur mon ventre d'une consigne ferme "attend que tonton soit rentré lundi pour arriver".... ^^

         Après-midi

    Il fait grand soleil et j'attends impatiemment 16h que mon homme rentre. C'est exceptionnel de l'avoir aussi tôt, mais nous avons une course d'importance à faire. Notre banquette de salon est disponible depuis hier au dépôt. Une très bonne surprise car nous ne l'avons commandé qu'en début de semaine et la commerciale m'avait annoncé 4 semaines de délai... finalement en 4 jours elle était là ! Pour une fois que c'est dans ce sens là, nous sommes tout excités à l'idée de pouvoir déjà en profiter, surtout moi avec mon gros bide. Je me vois déjà bien calée pour mes siestes d'après-midi ou mes séances télé... ^^.

    L'enseigne nous donne la possibilité d'utiliser une camionette pour le ramener chez nous. Le truc c'est que le colis est énorme (la taille de la banquette en lit 200*120cm) et que nous ne sommes que tous les deux.... malgré mon état, je suis bien obligée d'aider un minimum pour tirer le paquet sur les quelques mètres du jardin qui séparent le camion de notre salon. Tout heureux, mon homme entame le démontage et le remontage du clic-clac qu'on avait descendu de l'étage en attendant, puis enchaîne sur le déballage et l'installation du nouveau. C'est trop la classe, on est trop fiers de notre acquisition. Pendant ce temps, je me mets en cuisine pour préparer le repas.

    Banquette

         20h30

    Je suis en train de finir la cuisson du plat et là.... ouhhhhouillle, j'ai l'utérus qui se contracte et alors que jusqu'à maintenant je connaissais cette sensation de manière indolore, là... ça me brûle assez nettement, ça dure de longues secondes... et ça fini par repartir, rapidement mais pourtant très distinctement. Après ça, je ne ressens plus rien, c'est comme si de rien n'était, je reprends mon activité.

    Je sers le repas à table, je mange quelques bouchées et..... rebelote, je la sens arriver, comme une vague qui monte du bas jusqu'en haut de mon utérus, jusqu'à la douleur intense... de longues secondes... puis elle repart.

    Comme ça jusqu'à la fin du repas, je demande au Squal de lancer l'appli permettant de chronometrer les contractions sur mon téléphone. Elles arrivent toutes les 10 minutes.... s'est donc régulier.... on se dit alors que c'est sûrement le travail qui commence. Reste à patienter le temps qu'elles soient plus fréquentes, toutes les 5 minutes, avant de prendre la route pour la mater.

         22h30

    Les contractions se reprochent doucement les unes des autres, toutes les 8 minutes, mais surtout elles deviennent vraiment douloureuses, je suis maintenant obligé de me concentrer sur ma respiration pendant chacune d'elles, elles durent environ 1minute. Je marche pour me soulager et je pratique l'exercice de verticalisation que j'ai répéter pendant les cours de préparation (les mains à plat sous mon nombril je pousse mon ventre vers le haut et vers moi pour permettre au bébé de mieux appuyer sur le col pendant la contraction afin d'optimiser le travail).

    Entre deux contractions, je demande à mon homme de faire ce qui sera probablement la dernière série de photos de mon gros ventre :) [d'ailleurs en comparant ces clichés avec ceux de la semaine d'avant, on se rend alors nettement compte que mon ventre est beaucoup plus bas]

    Ventre37SG  Ventre37SG

         23h30

    Je décide de prendre ma douche et mon shampoing, de m'habiller confortablement et de boucler la valise. ça prend du temps car désormais, chaque contraction me paralyse et je commence à avoir du mal à effectuer de longues expirations. J'essaye de rester calme en me disant que le travail doit bien avancer, vu la douleur qui s'intensifie. En montant dans la voiture, je suis au moins heureuse d'une chose, mon fils ne naitra pas en ce 08 avril ; mais il n'a pas écouté les recommandations de son oncle :p.

    Le trajet qui ne fait pourtant que 7 km me semble interminable. A chaque contraction je serre les dents car la moindre irrégularité du bitume est insupportable, je grogne en soufflant. C'est hallucinant car la contraction passée, je me sens toute légère, comme si rien ne m'arrivait.

     

    SAMEDI 09 AVRIL

         1h30

    Nous arrivons à trouver une place pas trop loin de l'entrée de la clinique. Nous devons sonner à l'interphone de la maternité au niveau d'une porte de derrière pour les accès de nuit. Une dame un peu blasée vient nous chercher.... je dois attendre la fin d'une contraction avant de pouvoir la suivre. Elle me demande depuis quand j'ai des contractions et leur fréquence. Elle m'installe dans une pièce d'oscultation et me place sous monitoring et tensiomètre. Le temps de récupérer mon dossier et une sage-femme homme arrive pour évaluer la dilatation du col. Je les trouve un peu endormi, apparement ils n'ont pas trop d'activité et donc sont un peu au ralenti... J'apprend par la suite qu'ils viennent juste de faire remonter une nouvellement maman, et il s'avèrera par la suite que je serai la seule en travail durant le reste de la nuit jusqu'à mon accouchement. Pas de débordement, tout le monde disponible pour moi...c'était plutôt confortable et rassurant.

    Examen du col.... verdict je ne suis qu'à 2.... là c'est carrément la désillusion (je pensais être au moins à 4-5), je me demande comment je vais tenir le temps que ça évolue. J'ai du mal à ne pas couiner pendant les contractions... Au moins le coeur du tétard est en pleine forme.

         2h30

    Nouvel examen du col.... je suis toujours à 2.... là j'ai carrément envie de pleurer... Le SF [je sais on dit "la" même pour un homme mais c'est pour mieux suivre] me demande d'évaluer ma douleur de 1 à 10.... je lui réponds 7-8. Il me confie qu'avec le bébé en siège la douleur est beaucoup plus intense qu'avec une présentation céphalique car la zone d'appui est beaucoup plus grande et iradie tout le bassin et les reins.... on est encore en tout début de travail mais ça fait déjà 6h que je souffre et donc il me propose de faire descendre l'anesthésiste... j'accepte avec soulagement. Le coeur du tétard est toujours là à battre avec force, au moins lui va bien.

         3h30

    On me transfère directement dans la salle d'accouchement attenante à la salle d'opération pour être au plus près pour une potentielle césarienne. Je dois quitter tous mes vêtements et enfiler les trucs jetables de chirurgie (bonnet, chaussons et chemise en papier). C'est une pièce aseptisée et donc le Squal, également recouvert de papier a dû laisser le sac d'affaires...il n'aura rien pour s'occuper pendant la longue attente qui promet de suivre :/

    L'anesthésiste débarque enfin, en plein milieu d'une contraction, j'ai du mal à répondre à ses questions. Je me plie ensuite à ses indications, il n'est pas très bavard de premier abord, juste le minimum pour m'indiquer ce qu'il est en train de faire. Très concentré. J'appréhende un peu mais je sais que la clef c'est d'être détendue au maximum pour faciliter son geste. Il procède à une première injection pour l'anesthésie locale : je ressens à peine la piqûre en elle-même mais par contre je sens le produit se répandre et excercer comme une grosse pression dans la zone, c'est assez bizarre et désagréable mais pas vraiment douloureux. Il m'informe alors qu'il s'apprête à placer le cathéter de la péridurale. Je sens quelque chose s'enfoncer mais encore là pas vraiment de douleur.  Quelques secondes après, je sens une contraction arriver, je panique un peu en lui disant mais il me répond que c'est bon, le cathéter est placé et que donc ça ne risque plus rien. Je sers donc les dents en soufflant grognant le temps qu'elle passe. Il réalise ensuite 2 tests en envoyant une petite dose et en me demandant si ça va....RAS, aucun prb. Là je sens d'un coup qu'il se détend, en me posant le pansement dans le dos pour faire tenir le cathéter puis un sparadrad en haut de l'épaule pour ramener le tuyau tout fin vers le devant... il vient me taper la discut à propos du bébé, du prénom etc.... il me dit également que j'ai un dos extra pour les péridurales... bon à savoir pour les prochaines fois héhé ^^.

    La contraction suivante est encore douloureuse mais je sens déjà une petite différence... au bout de 15 min, je ne sens plus rien, juste mon utérus qui se durcie comme la pierre mais aucune douleur.... wouhaaa c'est génial, je respire enfin. Reste plus qu'à attendre. Après un nouvel examen du col qui indique que rien n'a avancé - je suis toujours à 2 :( - le SF nous éteins les lumières pour que nous puissions nous assoupir un peu car avec la péridurale, le travail a peu de chance de s'accélérer dans l'immédiat... Nous essayons donc de nous endormir moi sur mon brancard et le Squal sur son fauteuil...

    IzAccouchement

    IzAccouchement

     A Suivre ...^^

     Rendez-vous sur Hellocoton !

    « Le voilà !Remise de César (2ème partie) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Avril 2011 à 13:37

    Ah la la, que de suspens! J'ai hâte de lire la suite, j'adore les récits de naissance! Encore toutes mes félicitations, chère maman!

    2
    graouuu
    Jeudi 21 Avril 2011 à 20:49

    ah ben tu pourras faire ecrivain apres hein ;;))


    vite la suite graouu :)

    3
    Cathy , Ptit Jean
    Samedi 23 Avril 2011 à 11:04

    Un super récit , on a presque l'impression que nous sommes a vos  cotés .....J'espere lire la suite a mon retour samedi 30/04.


    Bises a vous trois , repose toi a chaque dodo du tétard...


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :